Рязань, пр-зд Яблочкова, д.6

 (4912) 95-04-06

Этот адрес электронной почты защищен от спам-ботов. У вас должен быть включен JavaScript для просмотра.

Каталог

Газовые котлы
Напольные
Конорд
ОАО "Жуковский машиностроительный завод"
DANI
Лемакс
ЗАО "Ростовгазоаппарат"
Siberia
АОГВ
RGA
ОАО "Боринское"
Данко
Тульские
Настенные
Bosch
Viessmann
Baxi
Ferroli
Vaillant
Navien
Комплектующие
Водонагреватели
Бойлеры
Электрические
Газовые колонки
Neva
ЛадоГаз
Superflame
Mora Top
Bosch
Vaillant
Oasis
Ferroli
Газовые плиты
Gefest
Gorenje
Greta
Hansa
Mora
Дарина
Кинг
Лада
Deluxe
Плиты встраиваемые
Электрические духовки
Поверхности
Кухонные вытяжки
Аксессуары
ELIKOR
Коллекция МОДЕРН
Коллекция КЛАССИКА
Коллекция КАНТРИ
Коллекция ELIKOR ART
Электрические котлы
Котлы "Галан"
Счетчики газа
Промышленные
Комплектующие
Бытовые
Сигнализаторы загазованности
Стабилизаторы напряжения
Бытовые циркуляционные насосы
Газобаллонное оборудование
Горелки и резаки
Инфракрасные обогреватели
Хомуты
Баллоны и комплектующие
Вентиляция
Воздуховоды алюминевые
Газоходы
Воздуховоды пластиковые
Баки расширительные
Pour Une Regulation Accrue Du Credit Conso

Pour Une Regulation Accrue Du Credit Conso

Agissons pour un changement profond du crédit revolving en France

Pas évident d'essayer d'entrevoir de quelle manière pourraient progresser nos sociétés sans crédit. Et c'est évident, étant donné qu'aucune autre solution fiable et pérenne ne puisse être en mesure de prendre la relève à grande échelle. Faire la chasse au crédit jusqu'à son fondement même, c'est s'en prendre à ce qui a donné la possibilité de construire un grand nombre de trésors de notre patrimoine, ou encore aux succès de nos grandes entreprises qui se réjouissent de figurer parmi les plus gros recruteurs du pays. En théorie, l'emprunt n'est pas un problème en soi, mais l'abondance de crédit à la consommation est par contre un danger contre lequel la société civile devra un jour s'attaquer.

Faire la différence entre le bon crédit et le mauvais

Certaines opérations ne peuvent se passer du prêt bancaire pour leur concrétisation (entrepreneuriat, chantiers, recherche, achat d'une maison etc.). Le prêt personnel est bien sûr très sollicité quand il faut financer l'achat d'une automobile, des travaux ou des études supérieures. Lorsqu'il sert des objectifs utiles et productifs, le principe même du crédit n'est pas à blâmer. Il suffit pour l'emprunteur de présenter des éléments prouvant sa bonne situation financière et la pertinence de son dossier pour obtenir un financement par un établissement bancaire. Le cas le plus délicat est celui des réserves d'argent (ou crédits revolving) dont la distribution fait encore grincer des dents les associations d'aide aux sur-endettés. De par un TAEG astronomique et un système de reconstitution de la réserve, le prêt renouvelable peut présenter des effets extrêmement dévastateurs sur les comptes d'un couple s'il n'est pas utilisé avec mesure. Ce type de prêt est facile à obtenir et il est généralement utilisé par les consommateurs pour régler leurs achats grâce à une carte VISA ou MasterCard spécifiquement dédiée. Le danger, c'est que ces moyens de paiement sont une incroyable incitation à l'excès, sans forcément faire attention au niveau de remboursement exigé. Si le gouvernement a légèrement encadré cette pratique avec les lois Lagarde et Hamon (sans trop de contraintes pour les sociétés de crédit), c'est bien sur le chemin de l'abolition totale que devront se diriger les décideurs politiques dans un futur proche.

En cas Demande d'interdiction du pret renouvelable, les établissements financiers devront adapter leurs offres en remplaçant le crédit revolving par un prêt personnel à taux plus raisonnable.

Si les banques ne coopèrent plus, quelles mesures pour réalimenter la distribution de crédits ?

Une chose est certaine, l'arrêt de la réserve de crédit ne serait pas une bonne nouvelle pour la grande distribution et du commerce plus globalement. Ce type de crédit est en effet très utilisé pour équiper son habitation (électroménager, meubles, électronique...). Malheureusement, rien ne peut affirmer que les organismes financiers accepteraient de distribuer des micro-crédits pour combler la disparition du crédit renouvelable et de son fort taux d'intérêt.
Des options de rechange devront alors vite être déployées.

En premier lieu, une impulsion doit être initiée pour donner naissance à une structure de crédit intrinsèquement affiliée aux professionnels du commerce. À terme, l'objectif serait de pouvoir proposer un prêt réservé aux achats et dont le taux serait indexé sur le prêt personnel classique (mais limité). La gestion pourrait être confiée à une agence nouvellement créée ou alors par un appel d'offres à une société spécialisée et les administrateurs décideraient eux-mêmes de la politique commerciale à suivre. En cas de mise en place, nous pourrions imaginer que les acheteurs se voient attribuer une carte de paiement associée à leur prêt, mais sans le système de réserve d'argent. De cette manière, les participants à cette nouvelle banque posséderont leur propre appareil de financement.

La deuxième solution serait de soutenir les services de prêt entre particuliers déjà existants, et pourquoi pas même de proposer une plateforme gouvernementale qui jouerait le rôle d'intermédiaire entre les investisseurs et les emprunteurs. Avec ce système, les personnes désirant prêter viendraient financer les acheteurs et ceux-là devront rembourser les sommes comme avec une banque. Bien qu'il faille un certain temps pour que les gens s'inscrivent en masse à ce programme, le développement d'un tel projet peut toutefois se faire assez rapidement.


La troisième solution serait que le gouvernement crée directement une banque publique dédiée au crédit à la consommation. L'avantage d'une telle initiative, c'est que les capitaux investis seraient bénéfiques dans l'économie réelle et quotidienne au lieu d'alimenter la spéculation sur les places financières.